L’ayurvéda : plus qu’une médecine holistique, un véritable art de vivre

L’ayurvéda : plus qu’une médecine holistique, un véritable art de vivre

Du sanscrit ayur (vie) et veda (connaissance), l’ayurvéda est une des plus anciennes médecines du monde. Apparue il y a plus de 5000 ans en Inde, c’est une médecine holistique qui vise l’harmonie et le bien-être en tenant compte de plusieurs éléments : physiques, mais aussi spirituels, émotionnels et mentaux. Zoom sur cette médecine naturelle aux mille vertus.

L’ayurvéda, médecine traditionnelle reconnue par l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a d’ailleurs reconnu l’ayurvéda comme étant un véritable système de médecine traditionnel qui «  inclut différentes pratiques, approches, connaissances et croyances en matière de santé, utilisant des médicaments à base de plantes, d’animaux et/ou de minéraux, des thérapies spirituelles, des exercices et techniques manuelles, appliqués seuls ou en combinaison, dans le but de maintenir le bien-être ainsi que de traiter, diagnostiquer ou prévenir la maladie ».

Encore très pratiqué en Inde, l’ayurvéda se base sur plusieurs méthodes pour une parfaite harmonie entre le corps et l’esprit et regroupe huit spécialités :

  • Agadatantra : Traitement des empoisonnements ;
  • Bhutavidya : Psychologie ;
  • Kaumara Bhritya : Pédiatrie ;
  • Kaya Chikitsa : Médecine interne ;
  • Rasayana : Rajeunissement ;
  • Shalakya Tantra : Maladie de la tête et du cou ;
  • Shalya : Chirurgie ;
  • Vajikarana : Utilisation des aphrodisiaques.

L’ayurvéda nourrit le corps, les sens et l’âme… 

Plus qu’une simple médecine holistique, c’est un véritable art de vivre qui nourrit le corps, les sens et l’âme. En effet, l’ayurvéda :

  • Facilite l’élimination des toxines du corps ;
  • Apaise le corps et l’esprit ;
  • Régénère et préserve les qualités de jeunesse ;
  • Améliore la circulation sanguine et lymphatique ;
  • Améliore la réponse immunitaire ;
  • Corrige le flux d’énergie électromagnétique à travers votre corps ;
  • Facilite la circulation des énergies ;
  • Augmente et libère le flux d’oxygène vers les tissus.

Les doshas, les bases de la constitution ayurvédique

Cette médecine, qualifiée de sœur du yoga, permet de diagnostiquer les déséquilibres dans le corps et l’esprit, qui se manifestent sous forme de maladies. Elle propose ainsi de réadapter son mode de vie grâce à des techniques ciblées basées sur cinq principes : l’éther, l’air, le feu, la terre et l’eau. Une fois combinées entre elles, elles forment trois “doshas” (humeurs ou énergies vitales) qui sont les bases de la constitution ayurvédique.

Une fois combinés, les éléments air et ether forment le Vata (vent) qui se caractérise par la force motrice. Elle gère tous les mouvements de l’organisme comme la respiration ou le pouls, et se trouve principalement dans le côlon, le système nerveux, la peau, les oreilles et les os. Le Vata se manifeste par de la peur, de l’anxiété et de l’irrégularité lorsque le corps et l’esprit sont en déséquilibre. Dans le cas contraire, cette humeur crée la vivacité d’esprit, la créativité et la fluidité.

Eau et terre forment quant à eux le Kapha (eau) qui se caractérise par la force structurante et gère le système immunitaire. Ce dosha se trouve principalement dans l’estomac, les poumons, la langue, le plasma.  Il gère le système immunitaire et l’hydratation. En déséquilibre, il provoque de l’attachement, de la possession, de l’avidité et des congestions dans le corps. Dans le cas contraire, cette combinaison s’exprime par de la douceur, de l’amour, du pardon.

Enfin, eau et feu forment le Pitta (feu), principalement situé dans le foie, l’intestin grêle, le sang et les yeux. Il gère la température du corps, l’assimilation et la digestion. Lorsque le corps et l’esprit sont en déséquilibre, cette humeur provoque de la frustration, de la colère. En équilibre en revanche, elle crée de l’intelligence, de l’acuité et de la tenacité.    

L’ayurvéda en pratique : le bilan ayurvédique

Chaque patient (Prakriti) est formé par une combinaison de ces trois doshas, permettant de déterminer plus facilement son profil psychologique et physique. Lorsque les énergies vitales sont en déséquilibre, elles entrainent systématiquement des maladies. D’ailleurs, selon Charaka, considéré comme l’un des principaux fondateurs de l’Ayurveda : « c’est le patient et non la maladie qui est l’objet du traitement ». L’ayurveda entre ainsi en jeu non seulement pour soulager les symptômes, mais surtout pour harmoniser ces humeurs et rétablir l’équilibre du corps, de manière durable et en profondeur.

En pratique, pour rechercher les causes du déséquilibre et en trouver un remède, le praticien réalise d’abord un bilan ayurvédique qui consiste à observer, toucher et interroger le patient.  Il s’agit d’examiner plusieurs paramètres : pouls, yeux, peau, langue, et ongles. Le praticien essayera également de mieux connaitre son patient en l’interrogeant sur son passé médical, ses habitudes alimentaires, son sommeil, l’état de sa digestion, son fonctionnement émotionnel… Bref, ses habitudes de vie.

Les quatre grandes pratiques du traitement ayurvédique

Une fois qu’il connait mieux son patient, il lui proposera un programme entièrement adapté à son état et sa situation qui corrigera l’origine des déséquilibres. Il pourra par exemple revoir ses habitudes alimentaires et lui proposer un régime ayurvédique, ou encore corriger ses règles d’hygiène de vie (activités, horaires, rythmes). En plus de nouvelles règles de vie, le praticien lui proposera un traitement ayurvédique qui s’articule autour de quatre grandes pratiques :

  • Le Satvajaya (hygiène et guérison mentale) : Grâce à l’initiation à des exercices de méditation – mantras, yantras, tantras – cette étape vise à libérer la pensée et à élever la spiritualité ;
  • Le Shaman (atténuation) : cette étape consiste à rééquilibrer les doshas, et à apprendre à contrôler ses émotions et son mental par le biais de pratiques liées au yoga (méditation, relaxation, respiration ou pranayama, visualisation…), du jeûne, ou encore du chant ;
  • Le Rasayana (rajeunissement) : cette étape consiste à tonifier l’organisme via des exercices physiques et diverses thérapies (par les couleurs, les pierres ou lithothérapie, les sons, la musique, la phytothérapie ou l’aromathérapie indienne…) ;
  • le Shodan (désintoxication) : cette étape permet de purifier l’organisme pour le débarrasser de ses toxines via le massage ayurvédique et des soins corporels. Le praticien lui proposera aussi des cures de purification profondes sous suivi médical ou Panchakarma.

Enfin, de manière générale, il faudra 3 séances minimum pour profiter des bienfaits de l’ayurvéda.

2 thoughts on “L’ayurvéda : plus qu’une médecine holistique, un véritable art de vivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *