5 plantes médicinales phares à planter dans son jardin

5 plantes médicinales phares à planter dans son jardin

Aloe vera, menthe, persil, romarin, mélisse et d’autres plantes ont des vertus médicinales impressionnantes et pourtant sont tellement accessibles. Elles peuvent en effet être cultivées dans un petit coin de son jardin et même dans un pot ! Alors, pourquoi ne pas planter ces plantes médicinales soi-même ?

L’Aloe Vera

L’Aloe Vera ou aloès des Barbades est LA plante thérapeutique à cultiver chez soi. Avec ses 75 agents actifs parmi lesquels les vitamines A, B1, B2, B3, B6, B9 et B12, ses 20 sels minéraux (calcium, chlore, zinc…), ses acides aminés, sa teneur en cellulose, en glucose et en mannose, c’est une vraie pharmacie miniature ! Elle stimule les défenses immunitaires pour soulager les maux d’estomac, les crampes d’estomac, ainsi que les problèmes de constipation. C’est également un excellent antibiotique et anti-inflammatoire en plus d’avoir des vertus hydratantes et cicatrisantes. En usage externe, elle traite notamment les brûlures et démangeaisons de la peau, les aphtes, les coups de soleil et irritations.

Cette plante dite « adaptogène » se place dans un pot en grès, à la lumière directe du soleil, à une température supérieure à 17° C, idéalement devant une vitre. Elle sera ainsi bien exposée et protégée du froid en hiver. Remplissez le pot de terre et de tourbe sur un lit de graviers afin de faciliter le drainage. L’aloe vera s’arrose très modérément, surtout en hiver.

Le persil

Le persil (Petroselinum crispum) n’a pas que sa place dans la cuisine. Du fait des nombreux agents actifs et nutriments qu’il contient (vitamines A, C, K, B12, fer, acide folique, bêta-carotène), c’est aussi l’une des plantes médicinales préférées de nos organes.  Il agit en effet sur la peau, les cheveux, les reins, le foie, la bouche, mais aussi sur le système hormonal ainsi que le système cardio-vasculaire.

Cette plante herbacée de la famille des Apiacées améliore le système cardio-vasculaire en réduisant le risque des dommages aux vaisseaux sanguins par l’homocystéine grâce à l’acide folique et la vitamine B qu’il contient. Il favorise en même temps l’augmentation du flux urinaire, permettant ainsi de détoxifier les reins et de soigner une infection urinaire par exemple. Du fait de sa forte teneur en chlorophylle, le persil permet de lutter contre la mauvaise haleine, de prévenir des maladies des gencives en plus de prévenir la carie dentaire. Chez les femmes en particulier, il peut être utilisé pour traiter un déséquilibre hormonal (syndrome prémenstruel ou symptômes de la ménopause) étant donné qu’il stimule facilement la sécrétion d’œstrogènes.

Mieux vaut ne pas non l’oublier dans sa trousse à pharmacie naturelle de voyage, car le persil calme les piqûres d’insectes, les blessures ou plaies, facilite la digestion et calme les douleurs d’estomac. Enfin, il est idéal pour soigner les cheveux très secs et abîmés afin de leur donner brillance et vitalité.

Pour la cultiver, placez-la dans un pot rempli de sol en terreau ou compost, au soleil au moins cinq heures par jour. Pensez à l’arroser fréquemment en été.

Le romarin

En plus d’être une plante aromatique, le romarin (Rosmarinus officinalis) possède de nombreuses vertus. C’est l’une des plantes médicinales bactéricides, anti-microbiennes, antispasmodiques, antiseptiques, désinfectantes, antioxydantes, anti-inflammatoires, et diurétiques. Grâce aux flavonoïdes, à l’acide rosmarinique et aux diterpènes phénoliques spécifiques qu’il contient, autrement dit de puissants antioxydants, il régénère de manière générale les organismes fatigués.

Les flavonoïdes, par exemple, permettent de prévenir les maladies cardiovasculaires. Les diterpènes, pour leur part, sont connus pour leurs effets anti-inflammatoires et antimicrobiens, permettant notamment de diminuer les douleurs musculaires ou articulaires. Ses propriétés antioxydantes stimulent également l’activité cérébrale et améliorent la mémoire. Le romarin est aussi efficace pour détoxifier le foie, favoriser la digestion et réguler les lipides (toujours au niveau du foie) grâce à la choline qu’il contient. Cette plante médicinale est d’ailleurs est un grand classique des traitements du foie.

Toutes les parties de cette plante sont utilisées pour profiter de ces vertus. En phytothérapie par exemple, on exploite les sommités de ses fleurs séchées ainsi que ses feuilles, très riches en principes actifs. En gemmothérapie, on peut exploiter ses bourgeons, tandis que son huile essentielle est très souvent utilisée en aromathérapie.

Pour bénéficier de toutes ses vertus, plantez-la dans un sol peu préparé, pas trop humide. Le romarin est une plante très facile à cultiver puisqu’elle pousse facilement dans un sol pauvre, sec et même riche en calcaire. Il suffit aussi de bien l’exposer au soleil et de l’abriter des vents froids.

La menthe

Comme le citron, la menthe (Mentha) est un ingrédient phare dans les remèdes de grands-mères. Elle est souvent utilisée pour détoxifier le corps, notamment le foie, car elle élimine efficacement toutes les toxines. Cette plante médicinale possède des vertus digestives  du fait de sa forte teneur en vitamine C et en fer. Et vu sa grande fraîcheur, elle traite naturellement la mauvaise haleine. En plus d’être décongestionnante afin de traiter un rhume, elle a des propriétés antidouleurs (douleurs musculaires, plaies, piqures d’insectes). La menthe est également réputée empêcher l’oxydation grâce à ses antioxydants, permettant ainsi d’éviter les maladies cardiovasculaires, voire certains cancers.

Vous pouvez facilement vous en procurer en pot ou en godets au lieu de semer ses plants. Pour qu’ils poussent bien, placez-les dans un pot en terre, d’abord rempli de graviers et par-dessus d’un mélange tourbe et terreau. Contrairement aux précédentes plantes, la menthe préfère les endroits frais, à la mi-ombre. Enfin, pensez à délimiter son espace avec une barrière anti-rhizomes, car cette plante est très envahissante !

La mélisse

Connue depuis la Grèce antique, à l’époque de Théophraste et Hippocrate, pour ses vertus médicinales, la mélisse (Melissa officinalis) est un antidépresseur et anxiolytique naturel, essentiellement exploitée pour traiter les troubles nerveux (stress, anxiété, angoisse, crise de nerfs) ainsi que les troubles du sommeil. Également appelée baume mélisse, cette plante médicinale originaire de la Turquie est aussi capable d’améliorer tous les troubles digestifs (nausées, spasmes, maux de ventre, mauvaise digestion…) surtout ceux qui sont directement liés aux stress et aux états d’anxiété.

Comme la majorité des plantes médicinales, la mélisse peut être utilisée de manière externe, directement sur la zone à soigner. De cette manière, elle permet de traiter certaines infections virales comme le zona, l’herpès génital et labial. Elle est aussi efficace pour détendre les nerfs et les muscles.

Pour la cultiver, plantez-la dans un grand bac rempli d’une terre bien drainée et fertile, avec un peu de fumure et compost, suivi d’un arrosage généreux. Placez-la ensuite dans une zone ensoleillée pour qu’elle pousse vite, et fleurisse dès la première année. La mélisse ne demande pas beaucoup d’entretien comme de nombreuses plantes aromatiques. Pour éviter le désherbage et maintenir l’humidité et la fraîcheur, n’oubliez tout simplement pas de mettre en place un paillage. Enfin, arrosez-la régulièrement en été.