Homéopathie: le décret permettant à la Haute Autorité de Santé de trancher est publié

Homéopathie: le décret permettant à la Haute Autorité de Santé de trancher est publié

L’homéopathie finira-t-elle par être dé-remboursée? Après une violente campagne des médecins allopathes dénonçant le charlatanisme des homéopathes, la ministre Buzyn s’était engagée à réexaminer le sujet de façon scientifique. Elle avait demandé à la Haute Autorité de Santé d’évaluer l’efficacité des produits homéopathiques. Problème: les statuts de la Haute Autorité ne la rendait pas compétente sur le sujet. Un décret publié ce week-end vient de modifier le code de la sécurité sociale pour y remédier. L’avis pourrait désormais être rendu rapidement.

L’affaire du remboursement de l’homéopathie n’est pas nouvelle. Depuis l’an dernier, certains allopathes tentent d’obtenir un déremboursement de l’homéopathie, jugée parfaitement inefficace. Problème: de nombreux Français ont recours à cette médecine complémentaire qu’ils jugent rassurantes. En cas de déremboursement, ils se rabattront vers des solutions plus coûteuses pour la sécurité sociale. 

La Haute Autorité de Santé prête à rendre son avis…

À la demande de la ministre, la Haute Autorité de Santé a entamé des consultations et des évaluations pour trancher sur le sujet. La Commission de Transparence, qui, en son sein, est chargée de cette mission, semble être prête à trancher.  

Entretemps, le ministère de la Santé s’est rendu compte que ladite Haute Autorité n’était pas compétente pour s’occuper d’homéopathie. Tout avis donné par sa Commission de Transparence risquait donc l’annulation devant un tribunal administratif.  

Les services du ministère se sont donc employés à réparer ce petit oubli en étendant le champ de compétence de la Commission de Transparence à l’homéopathie. C’est désormais chose faite grâce à ce décret du 15 mars 2019 (publié le 17 mars) qui fixe les règles futures du jeu. Les homéopathes apprécieront.  

L’avis de la Commission de Transparence est, paraît-il, quasiment prêt. Il devrait être rendu à la fin du mois d’avril. À n’en pas douter, il devrait agiter les milieux concernés.  

Inquiétude pour les laboratoires

Les professionnels de l’homéopathie ont commencé à exprimer leurs inquiétudes face aux mesures qui se préparent. En particulier, les laboratoires Boiron, qui ont déjà enregistré une mauvaise année 2018, s’attendent au pire. Le déremboursement de leurs produits conduirait une part encore inconnue de leur clientèle à se « reporter » vers les produits allopathiques remboursés par la sécurité sociale.  

Problème: ces produits coûtent plus cher que l’homéopathie et devraient donc produire un report de charge substantiel pour les cotisants et contributeurs de la sécurité sociale. Ce phénomène est relativement paradoxal, à un moment où la France déplore ses déserts médicaux et où les médecins généralistes semblent épuisés par leur charge de travail.  

Dans tous les cas, le déremboursement de l’homéopathie conduire à assumer, pour le gouvernement, des pertes d’emploi.  

Médecine d’en haut contre médecine d’en bas

Sur le fond, la querelle entre allopathes et homéopathes est bien dans l’air du temps, et dans l’air d’une certaine culture élitaire qui se veut monopolistique et qui tend à exclure tout ce qui n’est pas elle. Le même phénomène dans les autres segments de la vie collective a nourri le mouvement des Gilets Jaunes. 

S’agissant de l’homéopathie, les allopathes lui reprochent de fonctionner massivement avec l’effet placebo. Or cet effet existe et bénéficie d’une certaine popularité. En cherchant à l’interdire, les allopathes s’exposent à deux critiques. D’une part, ils nourrissent le sentiment qu’une élite impose aux profanes des comportements unilatéraux dont la rationalité n’est pas prouvée. D’autre part, ils peuvent apparaître comme des alliés objectifs de Sanofi, ou d’autres, qui récolteront les profits de cette opération.  

One thought on “Homéopathie: le décret permettant à la Haute Autorité de Santé de trancher est publié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *