Sophrologie : les Français sont favorables à une normalisation du métier

Sophrologie : les Français sont favorables à une normalisation du métier

Il a fallu deux ans à la Chambre Syndicale de la Sophrologie pour obtenir l’aval de l’AFNOR sur un projet de normalisation du métier.

Encadrer, mettre en valeur et promouvoir le savoir-faire et les prestations du sophrologue. Tels sont les objectifs de cette normalisation qui devrait porter ses fruits début 2020. Le sondage mené dans le cadre du projet a montré que l’encadrement par une norme inciterait les Français à pratiquer la sophrologie.

Une norme AFNOR déjà programmée pour la sophrologie

En septembre 2016, la Chambre Syndicale de la Sophrologie a présenté son projet de normalisation de la profession à l’Agence Française de Normalisation (AFNOR). Une norme qui vise une description (officielle) et une harmonisation de la pratique afin de « de valoriser le savoir-faire et promouvoir les services fournis par les sophrologues ».

Le mois suivant, l’AFNOR accepte l’idée, puis commence une étude de faisabilité de la norme en mars 2017. Première victoire, l’agence confirme les impressions de la chambre syndicale et débute les travaux d’instruction du dossier en juillet 2018. Le projet est porté à la connaissance de tous les acteurs concernés : ministères, syndicats de soignants, association de consommateurs, écoles, etc.

Le Comité d’Orientation Stratégique Santé et Social (CoS) d’AFNOR donne ensuite son aval sur la création d’une commission de normalisation. Celle-ci devrait voir le jour fin janvier 2019 et elle sera nommée « Qualité de service en sophrologie ». Elle est chargée d’élaborer cette norme nationale qui sera publiée par AFNOR début 2020 et qui deviendra un texte de référence pour le grand public.

Une double confirmation par un sondage

La Chambre Syndicale de la Sophrologie a semble-t-il trouvé une bonne parade pour éclairer et convaincre les personnes hésitantes, voire défiantes vis-à-vis des médecines alternatives. Pour en avoir le cœur net sur les réels avantages de la normalisation, elle a chargé BVA de mener une enquête d’opinion auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 15 ans et plus. Afin d’être plus explicite, ce sondage de novembre 2018 a été effectué auprès de 973 personnes qui n’ont jamais pratiqué la sophrologie.

Bonne nouvelle : 58% des interrogés ayant une bonne image du métier au préalable seraient plus enclins à consulter un sophrologue en cas d’encadrement par une norme. Même une personne sur dix parmi celles qui ont un a priori négatif sur la profession serait prête à essayer. La normalisation est ainsi une alternative efficace pour redorer l’image des sophrologues et de surcroît celle des praticiens des médecines alternatives en général.

One thought on “Sophrologie : les Français sont favorables à une normalisation du métier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *