Coronavirus : la Chine avoue avoir fortement sous-estimé les chiffres

Coronavirus : la Chine avoue avoir fortement sous-estimé les chiffres

Le coronavirus est-il beaucoup plus mortel que les autorités chinoises n’ont bien voulu le dire ? L’annonce d’un changement de méthode dans le comptage des victimes prouve en tout cas que la mortalité du virus est plus importante que les chiffres avancés jusqu’ici ne le faisaient croire. Le gouvernement chinois cherche toujours la parade contre l’épidémie.

Plusieurs informations inquiétantes concernant le coronavirus sont venues de Chine ces deux derniers jours.

La mortalité du coronavirus probablement sous-estimée

L’information du jour vient de la province du Hubei, où un changement de méthode dans le comptage des victimes du virus a plus que doublé en un jour le nombre moyens de morts. Alors que le responsable de cette province dont le chef-lieu est Wuhan était limogé par Pékin, les autorités chinoises ont déclaré 242 décès hier, contre une centaine par jour la semaine dernière. 15.000 nouveaux cas ont été recensés.

Cette explosion subite nourrit l’idée, répandue depuis plusieurs jours, selon laquelle le gouvernement chinois sous-estime volontairement le nombre de cas et l’étendue de l’épidémie. Or les efforts déployés par les pouvoirs publics laissent entendre qu’une véritable catastrophe est en cours en Chine. Par exemple, l’agence officielle de presse annonce que 11 avions de transport militaire sont en route pour Wuhan, avec des médecins de renfort pour faire face à la situation. Pourquoi une telle mobilisation si l’épidémie était vraiment sous contrôle?

Lutte idéologique en faveur de la médecine traditionnelle chinoise

Autre signe de la fébrilité des autorités chinoises : une circulaire vient de contraindre les allopathes à intégrer les médecins traditionnels chinois dans le traitement de l’épidémie. Pékin continue à privilégier la défense dogmatique de la pharmacopée traditionnelle dont l’efficacité n’est pas prouvée sur le coronavirus.

Cette circulaire est explicite :

Les autorités sanitaires et les organes administratifs de la MTC à tous les niveaux doivent établir des mécanismes de coordination entre la MTC et la médecine occidentale afin de traiter les patients de COVID-19, ainsi que ceux qui sont infectés par d’autres maladies infectieuses, indique la circulaire.

Un certain nombre d’experts en MTC doivent se joindre aux groupes d’experts à l’échelle provinciale, ajoute le document, notant que les institutions médicales sur les maladies infectieuses doivent prendre des dispositions institutionnelles afin d’intégrer la MTC à leurs plans de traitement.

Les autorités locales doivent également établir et promouvoir les systèmes de consultations conjointes pour les médecins en MTC et en médecine occidentale, déclare la circulaire, appelant à des efforts pour assurer une participation en profondeur de la MTC dans la prévention, le contrôle et le traitement des maladies infectieuses.

En outre, la circulaire exige davantage de méthodes détaillées afin d’introduire la MTC dans le traitement. Elle met également l’accent sur des mesures efficaces pour mêler MTC et médecine occidentale dans le traitement clinique des patients de COVID-19.

Agence de presse chinoise

On mesure ici que la lutte contre le coronavirus n’est pas la seule préoccupation du gouvernement chinois.

Une période d’incubation plus longue que prévu

Un rapport des autorités chinoises livre des informations plus inquiétantes que prévu, même si la presse subventionnée s’emploie à en minimiser la portée. Ainsi, il semblerait que la période d’incubation du virus puisse atteindre 24 jours.

En outre, des cas de contamination sont relevés en dehors du Wuhan et sans contact avec des habitants de cette région. Autrement dit, l’épidémie pourrait révéler de mauvaises surprises dans les semaines à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *