Antibiorésistance : un nouvel espoir dans le thé vert ?

Antibiorésistance : un nouvel espoir dans le thé vert ?

Enfin une solution pour lutter contre l’antibiorésistance de la bactérie Pseudomonas aeruginosa, une des 12 bactéries les plus menaçantes pour la santé humaine ? Une nouvelle étude a découvert que l’EGCG, un antioxydant contenu dans le thé vert, permettrait d’y arriver…

Le Pseudomonas aeruginosa, une bactérie menaçante pour la santé humaine

Selon le rapport Consommation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France publié en novembre 2018, l’antibiorésistance serait la cause de près de 12 500 décès chaque année en France. Principalement due à la surconsommation ou à une mauvaise utilisation d’antibiotiques, elle pourrait même devenir l’une des principales causes de mortalité dans le monde, en remettant en question la capacité à soigner les infections, même les plus courantes. Toujours selon ce rapport, 759 tonnes d’antibiotiques destinés à la santé humaine ont été vendues en 2017.

La même année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié sa première liste «d’agents pathogènes prioritaires» résistants aux antibiotiques. 12 familles de bactéries ont été jugées comme les plus menaçantes pour la santé humaine en raison de leur résistance aux antibiotiques actuels. Parmi eux, il y a le Pseudomonas aeruginosa.

Également appelé bacille pyocyanique, bacille du pus bleu ou pyo, il s’agit d’une bactérie gram-négative intrinsèquement multirésistante et fréquemment associée à des infections aiguës ou chroniques, parfois graves et mortelles. Avec une résistance croissante aux antibiotiques et avec très peu de nouveaux médicaments en cours de développement, les médecins utilisent souvent des combinaisons de médicaments pour traiter les patients gravement malades. Mais cette situation pourrait changer.

Le thé vert, une solution contre le Pseudomonas aeruginosa ?

Une étude publiée en octobre 2019 dans le Journal of Medical Microbiology, notamment menée par les chercheurs anglais Jonathan W. Betts et Michael Hornsey, a évalué la capacité de l’épigallocatéchine gallate (EGCG), une molécule extraite du thé vert, à lutter contre le Pseudomonas aeruginosa une fois associée à l’antobiotique aztréonam. Pour cela, des tests in vivo ont été effectués sur les larves de la fausse teigne Galleria mellonella. Ces derniers ont été utilisés comme un modèle d’infection par des agents pathogènes humains pour tester l’efficacité de la combinaison aztréonam + EGCG.  

Les résultats démontrent qu’il existe une synergie entre l’aztréonam et l’EGCG, la combinaison permettant de détruire les bactéries. L’EGCG a pu restaurer la sensibilité à l’aztréonam à un niveau égal ou inférieur au point de rupture fixé par le Comité européen pour les tests de sensibilité aux antimicrobiens.

Cette étude a également démontré la toxicité relativement faible de l’EGCG pour les kératinocytes humains, les cellules qui recouvrent la peau, et les larves de Galleria mellonella. Les données des tests d’accumulation suggèrent que le mécanisme de synergie pourrait être dû à une augmentation de l’absorption d’aztréonam par l’EGCG. Les données présentées dans cette étude soutiennent donc une évaluation plus approfondie de l’association aztréonam-EGCG et mettent en évidence son potentiel d’utilisation en médecine clinique.

Le thé vert, un allié santé pour prévenir les maladies chroniques

Selon d’autres études, le thé vert possède d’autres autres vertus du fait des antioxydants, flavonoïdes, catéchines et polyphénols qu’il contient :

  • Ses antioxydants réduisent le risque de cancer ;
  • La consommation de thé vert participe à la réduction de la mortalité, y compris pour les causes cardiovasculaires.
  • Le thé vert peut réduire la glycémie et lutter contre le diabète de type 2 ;
  • La caféine et la L-théanine qu’il contient, une fois combinées, améliorent la fonction cérébrale.

One thought on “Antibiorésistance : un nouvel espoir dans le thé vert ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *