Coronavirus : la médecine traditionnelle chinoise en débat

Coronavirus : la médecine traditionnelle chinoise en débat

La médecine traditionnelle chinoise est au cœur des débats et des polémiques en Chine alors que l’épidémie de coronavirus ne semble pas encore arrivée à son terme. Le gouvernement chinois parie beaucoup sur cette médecine non occidentale pour vaincre la maladie. Mais des doutes se forment sur l’efficacité du dispositif.

La médecine traditionnelle chinoise peut-elle venir à bout du coronavirus, sans recourir à la médecine occidentale ? Ce débat fait rage en Chine, où le gouvernement, président Xi Jinping en tête, mènent une bataille explicite en faveur de cette médecine codifiée sous Mao-Zedoung pour préserver l’identité chinoise face à l’Occident.

La médecine traditionnelle chinoise au cœur de la lutte contre le coronavirus

Les autorités chinoises misent sur leur médecine traditionnelle pour vaincre le coronavirus, avec des résultats qui inquiètent la population.

Il ne se passe pas un jour sans que le gouvernement annonce une nouvelle mobilisation contre la maladie impliquant les médecins traditionnels. Par exemple, l’agence de presse officielle annonçait hier un plan de mobilisation exceptionnelle.

Selon la commission de la santé du Hunan, deux groupes composés de 274 membres du personnel médical ont commencé à travailler à Huanggang, dans le cadre d’une politique nationale de soutien de « jumelage » au Hubei ordonnant à une dizaine de municipalités et de provinces d’aider les villes au Hubei.

Zeng Puhua, vice-président de l’hôpital affilié à l’Académie de médecine chinoise traditionnelle de Chine, travaille jour et nuit depuis fin janvier à l’hôpital de Huanggang, qui suit le modèle de traitement du SRAS.

« Le nombre quotidien de cas confirmés reste élevé ici. Une nouvelle équipe de personnel médical prend le relai toutes les six heures, et chaque médecin prend en charge sept à dix patients », a-t-il indiqué.

« Les expériences cliniques précédentes ont prouvé que la médecine chinoise traditionnelle jouait un rôle actif et efficace dans le traitement des épidémies relatives à la pneumonie », a affirmé M. Zeng.

« Les expériences cliniques précédentes ont prouvé que la médecine chinoise traditionnelle jouait un rôle actif et efficace dans le traitement des épidémies relatives à la pneumonie », a affirmé M. Zeng.

On mesure l’enjeu idéologique de ces discours officiels sur le rôle de la médecine chinoise traditionnelle dans la lutte contre le coronavirus. Pour la Chine, il y a un enjeu fort à ne pas avoir besoin de la médecine occidentale pour préserver le pays d’une catastrophe sanitaire.

L’inquiétude des Chinois grandit face aux faibles résultats enregistrés

L’engagement du gouvernement chinois en faveur de sa médecine traditionnelle est à la mesure des doutes qui commencent à pointer dans la population. Désormais, le coronavirus a tué plus de 1.000 personnes comme on pouvait s’y attendre. Et le gouvernement s’impatiente en prenant des mesures fortes comme le limogeage de deux responsables locaux.

L’utilité de la médecine traditionnelle chinoise risque de sortir fortement mise en doute de ce combat où il apparait que l’écrasante majorité des contaminations est intervenue dans les cercles familiaux. Autrement dit, si les mesures de confinement permettent à ce stade d’enrayer la contamination, elles sont inefficaces pour soigner les malades et leur entourage.

Des polémiques surviennent donc, qui mettent en cause la compétence de l’état chinois en matière sanitaire.

Des doutes sur la médecine traditionnelle chinoise

Dans ce contexte de suspicion, les recommandations sanitaires émises par l’organisme national Xinhua, suggérant la consommation de Shuanghuanglian pour soigner le virus, a créé beaucoup de scepticisme. Le Shuanghuanglian est un assemblage de chèvrefeuille, de scutellaire et de forsythia dont l’efficacité n’a pas été documentée par des études scientifiques.

Comme le fait remarquer Foreign Affairs, cette préparation n’a rien de très traditionnel, puisqu’elle fut inventée dans les années 60, en plein milieu des années Mao. En revanche, la fabrication de ce produit est devenue une vraie industrie.

On le voit, la géopolitique dépasse ici les enjeux purement sanitaires, et c’est toute l’image de la médecine traditionnelle chinoise pourrait ressortir abimée par cette stratégie machiavélique.

2 thoughts on “Coronavirus : la médecine traditionnelle chinoise en débat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *