Consommer des boissons gazeuses sucrées augmente-t-il le risque de mortalité?

Consommer des boissons gazeuses sucrées augmente-t-il le risque de mortalité?

Les boissons gazeuses sucrées sont fréquemment consommées, mais on ignore si cette consommation est associée au risque de mortalité. Si cette problématique n’a pas encore été étudiée à l’échelle européenne à ce jour, une nouvelle étude s’est penchée sur le sujet.

Étudier la relation entre boissons gazeuses sucrées et mortalité en Europe, une première !

Examiner la relation entre la consommation de boissons gazeuses sucrées et édulcorées et la mortalité totale en Europe. Voilà le défi que se sont lancé les chercheurs américains Amy Mullee, Dora Romaguera, et Jonathan Pearson-Stuttard. Leur étude publiée en mars 2019 dans le JAMA a impliqué 451743 participants inscrits à l’European Prospective Investigation in Cancer and Nutrition (EPIC), originaires de 10 pays européens différents (Danemark, France, Allemagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède et Royaume-Uni).

Les participants ont été recrutés entre le 1er janvier 1992 et le 31 décembre 2000. Les candidats exclus étaient ceux qui ont signalé un cancer, une maladie cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou un diabète au départ ainsi ce que ceux qui ne consomment pas régulièrement de boissons gazeuses notamment. Les analyses de données ont été effectuées du 1er février 2018 au 1er octobre 2018. Au total, 521 330 personnes ont été inscrites, dont 451743 (86,7%) ont participé à l’étude, avec un âge moyen de 51 ans, dont 321081 de femmes (71,1%).

Au cours d’un suivi sur 16 ans en moyenne (11 ans en Grèce à 19 ans en France), 41693 décès ont été enregistrés. Une mortalité plus élevée, toutes causes confondues, a été observée chez les participants qui ont consommé 2 verres ou plus de boissons gazeuses sucrées et édulcorées par jour (par rapport aux personnes qui en consomment 1 verre par mois).

Des associations positives ont également été observées entre les boissons gazeuses édulcorées et les décès dus à des maladies circulatoires (≥ 2 verres par jour vs <1 verre par mois) et entre les boissons gazeuses édulcorées et décès dus à des maladies digestives (≥ 1 verre par jour vs <1 verre par mois).

Une bonne base pour des campagnes de santé publique

Cette étude a révélé que la consommation de boissons gazeuses, sucrées et édulcorées, était associée aux décès, toutes causes confondues, dans cette grande cohorte européenne. Ces résultats sont donc une bonne base pour des campagnes de santé publique visant à limiter la consommation de boissons gazeuses sucrées.

C’est ce qu’a d’ailleurs démontré une autre étude publiée dans la revue Cochrane. Celle-ci révèle que la consommation fréquente et en quantité excessive de boissons gazeuses sucrées est un facteur de risque d’obésité, de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et de caries dentaires. Les interventions environnementales, c’est-à-dire les interventions qui modifient l’environnement physique ou social dans lequel les individus choisissent leurs boissons, ont été préconisées comme un moyen de réduire la consommation de ces boissons.

Cette étude préconise ainsi 7 mesures afin de réduire de manière efficace la vente et ainsi la consommation de boissons gazeuses sucrées :

  • Étiquetage des boissons : communiquer la valeur nutritionnelle des boissons, notamment les calories ;
  • Normes nutritionnelles dans les institutions publiques : réduire l’accessibilité de ces boissons dans les écoles et y améliorer l’accessibilité de l’eau potable ainsi que des fruits ;
  • Outils économiques : augmenter les prix des boissons sucrées ;
  • Interventions sur l’approvisionnement alimentaire : Améliorer l’approvisionnement alimentaire dans son ensemble grâce à l’initiative des associations ;
  • Interventions dans le commerce de détail et les services alimentaires : privilégier les boissons plus saines dans les menus pour enfants dans les chaînes de restauration. Promouvoir des boissons plus saines dans les supermarchés et réduire le nombre de magasins vendant des boissons sucrées dans les communautés éloignées ;
  • Approches intersectorielles : privilégier les programmes gouvernementaux avec des restrictions sur l’achat de boissons sucrées ;
  • Interventions à domicile : améliorer la disponibilité des boissons hypocaloriques dans le milieu familial pour diminuer la consommation de boissons gazeuses sucrées ainsi que le poids corporel des adolescents notamment chez les personnes atteintes d’obésité.

One thought on “Consommer des boissons gazeuses sucrées augmente-t-il le risque de mortalité?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *