Le déremboursement de l'homéopathie, une opportunité

Le déremboursement de l'homéopathie, une opportunité

Le déremboursement de l’homéopathie a nourri de nombreuses inquiétudes, notamment au sein des grands laboratoires comme Boiron, géant du secteur. Mais cette décision de déremboursement, qui a commencé à produire ses effets au 1er janvier, n’est-elle pas une opportunité pour explorer de nouvelles voies et de nouvelles frontières dans cette discipline?

Lorsque le ministère de la Santé a confirmé la très prévisible décision de dérembourser l’homéopathie, les inquiétudes ont fleuri. Pour beaucoup, le déremboursement par la sécurité sociale a comme condamné une discipline souvent jugée avec arrogance par les allopathes. C’était un peu comme si le remboursement par la sécurité sociale valait sauf-conduit, ou titre de noblesse, ou reconnaissance scientifique.

De notre point de vue, loin d’être une remise en cause, le déremboursement est plutôt une opportunité. Voici pourquoi.

Le déremboursement de l’homéopathie règle de nombreuses questions

On oublie trop souvent que le remboursement par la sécurité sociale pose au moins autant de problèmes qu’il n’en règle.

La décision de rembourser tel ou tel médicament ou produit suppose en effet un parcours technique et d’accréditation extrêmement compliqué qui limite par nature la diversité des traitements. Entre l’autorisation de mise sur le marché et la décision de rembourser, un vrai parcours du combattant a lieu, qui n’est pas tout donné à tous les produits.

Autrement dit, le remboursement par la sécurité sociale dénature profondément les disciplines médicales en faisant le tri entre les médicaments autorisés et les médicaments interdits. Il y a les préparations que le public connaît parce qu’elles sont « gratuites », et celles auxquelles on recourt moins souvent sous prétexte que la sécurité sociale ne les rembourse pas.

Pour l’homéopathie, le déremboursement constitue donc une opportunité. Il laisse enfin la possibilité à l’innovation de s’exprimer et de rencontrer son public, sans qu’une préférence s’exerce au bénéfice systématique des quelques préparations que la sécurité sociale décide de favoriser. Le déremboursement réduit la position dominante de ceux que la sécurité sociale remboursait et ouvre la voie à une vraie diversification du secteur.

Certains continuent à rembourser l’homéopathie…

Par ailleurs, le déremboursement de l’homéopathie ne signifie pas qu’il n’est plus du tout possible de se faire rembourser les produits prescrits par un homéopathe, bien au contraire. N’oublions que les complémentaires santé (ce qu’on appelle couramment les mutuelles) conservent la faculté de rembourser tout ou partie des produits prescrits.

Certaines complémentaires vont même jusqu’à rembourser la visite chez l’homéopathe. Dans ce cas de figure, le déremboursement par la sécurité sociale ne change pas vraiment la donne du point de vue financier. L’assureur complémentaire se substitue à l’assurance maladie et rembourse à sa place.

Il est toutefois possible que l’assureur complémentaire introduise une limite dans ses remboursements. Il incombe alors à chacun d’identifier le contrat qui convient à ses besoins et d’y souscrire au bon moment.

One thought on “Le déremboursement de l'homéopathie, une opportunité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *