Le biohacking : la nouvelle tendance en médecine alternative en marche

Le biohacking : la nouvelle tendance en médecine alternative en marche

Le biohacking ? Cette nouvelle tendance en médecine alternative vise à booster les fonctions corporelles et cognitives en ayant recours à différentes techniques et technologies. Un grand salon dédié à cette spécialité s’est tenu à Helsinki début novembre et le public a été conquis.

Le biohacking, veut se démocratiser auprès du grand public

Le 2 et 3 novembre 2019 à Helsinki, les développeurs des diverses technologies ainsi que les « lanceurs » du mouvement biohacking ont lancé une grosse vague de vulgarisation de cette technique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, celle-ci ne consiste aucunement à une « robotisation » ni à l’insertion de puce dans le corps.

Il s’agit tout simplement d’utiliser d’autres pratiques en dehors des habitudes physiologiques, des habitudes alimentaires, ou de la méditation notamment. Les pratiques les plus poussées vont jusqu’à l’injection de cellules souches ou encore à une transplantation de matières… L’usage de la technologie moderne couronne le tout, comme lors de ce salon où un apprenti « biohacker » testait un anneau portable permettant de mesurer son corps.

Une nouvelle tendance pour booster le corps humain

L’objectif de cette nouvelle forme de médecine alternative, plutôt futuriste, est d’améliorer les performances du corps humain en traitant certaines fonctions corporelles et/ou cognitives à l’aide de nouvelles technologies et/ou techniques.

À titre d’exemple, il existe une machine, en cours de développement, qui peut délivrer un air si pur que l’on se croirait en train de respirer tout en haut d’une montagne. Cela va sans dire, les effets de l’air pur sur le corps sont immédiats, et l’utilisateur ressentira inévitablement un gain en énergie, ainsi qu’un sentiment de bien-être aussi bien physique que psychique.

Un autre exemple : pour Katja Nyman de Neurosonic, traiter le manque de sommeil ne demande pas toujours de prendre des médicaments. En biohacking, un appareil, également en cours de développement, capable d’émettre des vibrations à basse fréquence permettrait de détendre et de calmer la personne. Il touche le système nerveux pour l’aider à fermer les yeux, à se calmer et tout naturellement à trouver le sommeil. Il existe même une autre machine capable d’optimiser l’oxygénation du sang afin de booster les performances et de améliorer l’humeur.

Des techniques plus simples

Pour les néophytes, le biohacking peut aussi faire appel à des techniques beaucoup plus simples et à la portée de tous, toujours pour optimiser les performances physiques et psychiques. Cela dit, le biohacking peut aussi toucher certains domaines sensibles comme le test ADN. La communauté médicale a toujours vu une telle pratique d’un mauvais œil. Les professionnels se veulent toutefois rassurants, car ils n’examinent que quelques gènes dans l’unique but de fournir un retour d’informations aux clients. Par exemple, certains biohackers prélèvent du sang pour procéder à une vérification régulière de la fonction rénale.

Dans tous les cas, cette tendance n’est pas vraiment si nouvelle, malgré le fait que le public semble la découvrir pour la première fois. En effet, il existe déjà depuis de nombreuses années des appareils procurant un certain bien-être à l’utilisateur, comme les appareils de massage, les appareils de thalasso pour les pieds, les humidificateurs d’air, ou encore les divers appareils de remise en forme (vélo d’appartement, tapis roulant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *