PLFSS 2020 : le cannabis thérapeutique disponible dans les hôpitaux dès 2020

PLFSS 2020 : le cannabis thérapeutique disponible dans les hôpitaux dès 2020

Fin octobre, l’Assemblée nationale a donné son feu vert pour expérimenter le cannabis thérapeutique sur le territoire national dès 2020. La France va ainsi devenir le 18ème pays de l’Union Européenne à envisager la légalisation du cannabis dans le cadre d’un usage médical.

Le cannabis : une vraie question de santé publique

Dans de nombreux autres pays, le recours au cannabis est presque monnaie courante, de par ses nombreuses vertus thérapeutiques. L’Uruguay est notamment le premier pays au monde à avoir légalisé cette plante et toute sa production s’organise sous l’autorité de l’État. En Corée du Nord, elle est utilisée depuis toujours dans le cadre sanitaire ou pour simplement se détendre. Au Canada, les personnes atteintes du sida et de cancer peuvent fumer de la marijuana depuis 2001.

En France, dans le cadre du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2020), les députés ont enfin cédé pour utiliser le cannabis sativa dans un cadre médical. L’expérimentation des dérivés de cette plante servira pour deux ans en tant qu’alternative thérapeutique pour 3000 patients. Elle portera prioritairement sur les patients atteints d’une maladie grave comme la sclérose en plaques, l’épilepsie, etc.

Il s’agira d’évaluer l’impact positif des dérivés de la plante sur différentes pathologies dans le cadre de soins palliatifs dans les hôpitaux. Cela nécessitera toutefois une prescription sur ordonnance de la part d’un médecin spécialiste, d’un neurologue ou encore d’un médecin de la douleur.

Le cannabis thérapeutique en détails

Le cannabis thérapeutique sera exploité de différentes manières : fleurs séchées, huile essentielle ou encore tisanes. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) de préciser qu’il sera possible de retrouver ces différents types de conditionnement, en premier lieu à la pharmacie de l’hôpital, puis auprès des pharmacies habituelles pour ceux qui souhaitent renouveler leur traitement.

Cet intérêt tardif de la France pour l’usage médical du cannabis pourrait se solder par une généralisation de ce mode de thérapie même avant les deux ans annoncés pour le test. Ce serait le cas si « preuve est déjà faite sur le terrain, auprès des malades, que ça leur est bénéfique » a affirmé le député LREM Olivier Véran, auteur de l’amendement qui autorise l’expérimentation.

Dans une trentaine de pays dans le monde, le cannabis thérapeutique soulage principalement les personnes atteintes de maladies graves pour lesquelles les antidouleurs classiques ne sont pas ou plus efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *